Le Beaujolais nouveau arrive ! L’heure est à l’apéritif entre amis et à la découverte de ce petit vin convivial. Aura-t-il un goût de banane cette année ?

40 millions de bouteilles de Beaujolais nouveau sont vendues chaque année. On aime ce vin car il véhicule une image festive et joyeuse. Il est simple, fruité et digeste. Et il annonce l’arrivée d’un nouveau millésime !

Les troquets : lieux de partage et de prédilection du Beaujolais nouveau

Les cafés et troquets de village véhiculent parfaitement la convivialité recherchée lors de l’arrivée du Beaujolais nouveau. Profitez de votre petite découverte dans ces lieux presque traditionnels, surtout très authentiques de notre territoire :

Café de la Poste à Rang-du-fliers.
Café Stella : Café des sports le Magnolia

Mais aussi :

Le Café de la Gaieté ou Au Bon coin à Neuville-sous-Montreuil, L’Escale Café tabac-presse à Frencq, Le Diplomate à Montreuil, Aux bons amis à Cormont. Cafés Pmu l’Imprévu, Le Celtic, L’Indescence à Merlimont

L’origine du Beaujolais nouveau

Olivier et Bélinda Pirel sont gérants de la Cave de Montreuil et de Touquet vin.

C’est vers Olivier que nous nous sommes naturellement tournés pour nous parler de la sortie du Beaujolais nouveau :

Le Beaujolais nouveau est un vin primeur. On en parle toujours à cette période car son arrivée se fête chaque année le troisième jeudi de novembre.

Olivier Pirel

Six semaines se passent entre la conception du vin. Du moment où il est pressé, de la viniphication jusqu’à sa mise en bouteille.

Ce vin est jeune et donc, plein de fruit, croquant et assez facile.

Le Beaujolais nouveau est produit sur les appellations Beaujolais et Beaujolais-villages, situés entre Mâcon et Lyon. Ce vin est produit avec le cépage Gamay de la récolte de la même année. Le jus de raisin vient donc tout juste d’être transformé en vin (la vendange étant en général au mois de septembre).

C’est avant tout une excuse pour boire un verre entre amis autour d’un saucisson, c’est ça le Beaujolais nouveau, c’est l’échange et le partage…

Olivier Pirel

N’oublions pas les crus Beaujolais…

C’est aussi la période rêvée pour mettre en avant les grands crus et les faire connaître.

Il est vrai que le Beaujolais nouveau masque un peu ce qu’il y a derrière le Beaujolais. En effet, il y a des vins extraordinaires qui n’ont rien à voir avec l’aspect facile et bon marché qu’on lui prête.

Les Beaujolais-villages vont avoir un terroir particulier avec un peu plus de complexité.

Ensuite il y a plus de dix crus de Beaujolais :

Chaque Beaujolais a une identité. La spécificité de ce vin est qu’il se garde bien, qu’il a une véritable richesse ainsi qu’une profondeur.

Mais aussi des vins Beaujolais nouveaux de qualité !

Même si l’idée du calendrier pour célébrer le Beaujolais nouveau était une très bonne idée dans le début des années 80 pour relancer le Beaujolais, il est vrai que l’image populaire du Beaujolais nouveau lui colle à la peau. Il masque les sorties surprenantes des vignerons.

Si vous choisissez une bouteille en dessous de 5 / 6 euros, vous retrouverez cet aspect du Beaujolais nouveau bon marché et conviviale qui a sû faire de l’ombre même à ses grands crus.

Rendez-vous chez vos cavistes :

Les Caves du Brasseurs, Rang-du-fliers

Mais, beaucoup d’entre eux ont de belles complexités. Cette année nous en aurons au moins 6 ou 7 différents. Olivier le certifie :

Il y a de quoi trouver son bonheur avec du Beaujolais nouveau.

Olivier Pirel

Ne vous fiez donc pas à la simple image du Beaujolais nouveau et à son arrière goût de banane. (Ce qui n’a rien a voir avec le fruit mais qui est uniquement dû à la levure chimique ajoutée par le vigneron, utilisée pour lancer la fermentation ). Le Beaujolais nouveau a plus d’un tour dans son sac pour vous surprendre chaque année !